Fermer

Lorsque nous débattons de sujets d’ordre public, sommes-nous guidés par le bien de la collectivité et par le souci d’approcher le mieux possible la vérité? Devant nos contradicteurs, cherchons-nous un terrain d’entente en présumant jusqu’à preuve du contraire qu’ils sont, tout comme nous, de bonne foi?

Un simple regard sur les débats qui foisonnent dans les journaux et sur les réseaux sociaux suffit à démontrer que tel n’est pas le cas et qu’en réalité, notre souci premier est de défendre nos intérêts et ceux de nos groupes d’appartenance, d’étayer aux yeux de tous la démonstration de notre supériorité.

Le présent ouvrage, au fil d’analyses minutieuses de quelques grandes polémiques qui ont marqué le Québec des années 1990, entend rompre avec le mensonge que nous entretenons au sujet d’un désir de dialogue qui se vérifie assez rarement dans la manière dont nous conduisons nos débats, où l’enjeu réel est le pouvoir plutôt que la vérité.

Partant de ce genre de constat, peut-être serons-nous en mesure de fonder une éthique de la discussion capable de tenir le coup devant les inévitables frictions et malentendus de la communication humaine.

Afficher
Idéologies politiques Québec