Fermer

C'est la faute à Bono

Collection amÉrica

Après 5-FU, où est relaté le récit de son combat contre le cancer, Pierre Gagnon récidive avec la suite logique de son expérience : celle de sa rémission. Son héros, Daniel Lebrun, se réadapte de son mieux au métier de vivant, auquel le cancer l’avait fort mal préparé. Plus rien n’a pour lui la même importance qu’avant (exit la maison, bonjour la location ; adieu l’auto, bienvenue vélo) et il doit s’ajuster aux nouvelles perceptions des autres autant qu’au nouveau regard qu’il porte sur le monde. Incapable de supporter l’oisiveté dans laquelle le confine son patron, il quitte son travail pour se lancer, avec son ami Max, dans le démarrage d’une petite entreprise : Michou, le premier café mobile de Montréal, théâtre de situations savoureuses avec les indigènes de la métropole. Tout en se réinsérant tant bien que mal à l’univers des vivants, Lebrun continue à fréquenter ses compagnons d’infortune : Monsieur Ouellet, Bob et surtout Lucette, huit ans, dont quatre de cancer. Lucette dont le rêve ultime est de voir U2 en spectacle et, bien sûr, de rencontrer Bono lui-même! Écrit dans une langue orale, spontanée et touchante, corrosive et mordante, ce roman nous fait passer par tous les états: de la tendresse à la colère, de l’humour au cynisme, en passant par quelques angoisses enrichissantes…

Afficher
Littérature moderne et contemporaine Thème narratif : la mort, le deuil, la perte Montréal